Lecture

En veux tu, En voix là, Lecture par Gauz


samedi 12 mars 2016 - 17h20
La Criée ( théâtre national de Marseille)

 

Lecture de la nouvelle de Serge Pey, Le Cinéma extraite de Le trésor de la guerre d'Espagne, Zulma, 2011, par Gauz, auteur de Debout-Payé et proposée par Peuple et Culture Marseille et "C'est la faute à Voltaire" en partenariat avec Lieux Fictif dans le cadre de la Semaine de la Langue Française et de la Francophonie et du 18e printemps des poètes.

Entrée libre


 


Lieux de la lecture  - ouvert à tous  : 

- " C'est la faute à Voltaire",  27, cours Franklin Roosevelt, 13001 Marseille par l'équipe de "C'est la faute à Voltaire"

- Le Théâtre de la Criée, 30 Quai de Rive Neuve, 13007 Marseille, lecture by Gauz

- Artopass, 32 rue de Bruys, 1306 Marseille par le Cabinet des lecteurs

-Librairie de L'Arbre, 38 Rue des trois Mages, 13006 Marseille

-Latinoir, 4 rue Barbaroux 13001 Marseille

-Librairie Histoire de l'oeil, 6 rue Fontange, 13006 Marseille, par le Cabinet des lecteurs

-Acelem, espace lecture Edouard Vaillant, 12 Avenue Edouard Vaillant, 13003 Marseille

- Tam Tam

-Emmaus Saint Marcel, 46 Boulevard de la Cartonnerie, 13011 Marseille

-L'Equitable Café, 54 Cours Julien, 13006 Marseille par le Cabinet des lecteurs

-Bibliothèque du Panier, Rue du Refuge, 13002 Marseille

-Bibliothèque des Cinq avenues 2 Impasse de l'Abbé Charles Marie Joseph Fissiaux, 13004 Marseile (à confirmer)

Autres lieux  :

- C.H.R.S Janne Pannier, centre d'accueil féminin, 1 Rue Frédéric Chevillon, 13001 Marseille

- Les Baumettes , Centre pénitentiaire de Marseille, 239 Chemin de Morgiou, 13009 Marseille

Et ensuite...
A partir de 17h30 poursuivons ensemble à la librairie de « C’est la faute à Voltaire »
27, cours Franklin Roosevelt, 13001-Réformés Canebière Venez avec un texte à partager et/ou une expression bien de chez vous pour la suite du programme :Le fadascope, L’audiomaton, La collation

 

21e édition de la Semaine de la langue française et de la Francophonie

du 12 au 20 mars 2016

Organisée chaque année autour du 20 mars, la Journée internationale de la Francophonie, la Semaine de la langue française et de la Francophonie est le rendez-vous régulier des amoureux des mots en France comme à l’étranger. Elle offre au grand public l’occasion de fêter la langue française en lui manifestant son attachement et en célébrant sa richesse et sa diversité.

A Marseille, un programme rassemblant de nombreuses manifestations - le Printemps de la francophonie ! - est proposé.
Journée d'ouverture : samedi 12 mars à partir de 12h, au Théâtre National de Marseille La Criée ! Une journée culturelle inédite, ouverte aux curieux, amoureux des mots : un programme d'installations et ateliers innovants et inédits, de rencontres découvertesde projections et de lectures ! Programme détaillé


Serge Pey

 

Fondateur de la revue nommée Émeute en 1975, suivie de Tribu en 1981.Maître de conférences à l’université de Toulouse-Le Mirail, Serge Pey dirige le séminaire de poésie d'action du CIAM.

Créateur de situations, il rédige ses textes sur des bâtons avec lesquels il réalise ses scansions, ses performances et les rituels de ses installations.

Poète de la rupture des frontières de l’art, plasticien, théoricien et critique, il explore les phénomènes de ritualisation du langage dans la pratique orale du poème.

 

 

Oeuvres

 

    J’eux, Multiples, Longages, 1974.

    Poème pour M.E. après sa mort, Bordeaux, Castor Astral, 1975.

    Minute hurlée, Mexico/Toulouse, Ed. Imprimerie 34, 1979.

    De la ville et du fleuve, Toulouse, Ed. Tribu, 1981.

    Prophéties, Toulouse, Tribu n°14, mars 1983.

    Vertenebra. Vertenebre, Dessins de José Louis Cuevas, Mexico D.F., Ed. Cóma, 1983.

    La Définition de l’aigle, avec 181 encres de Balbino Giner, Photographies du paysage, Remoulins sur Gardon, Ed. Jacques Bremond, 1987.

    Notre Dame la Noire ou l'Évangile du serpent, Sérigraphie Corneille, Toulouse, Tribu, 1988.

    Poème pour un peuple mort, Limoges, Sixtus, 1989.

    Poème du cerf-volant, Aubervilliers, Les Petits classiques du grand pirate, 1989.

    Poèmes mis en république, peinture de Yann Febvre (hommage à la conjuration des Égaux de Babeuf), Toulouse, Centre Léonard de Vinci, 1989.

    Couvre-feu. Journal de Santiago de Chili, Toulouse, Ed. Tribu, 1990.

    Journal Ogham des hommes couvertures de la prison de Long Kesh, Aubervilliers, Les Petits classiques du grand pirate, 1992.

    Dieu est un chien dans les arbres, Préface d’Adonis, Photographies de Thierry Château, Paris, Jean-Michel Place, 1993.

    Nierika ou Les mémoires du cinquième soleil, Saussines, Cadex, 1993, Une réédition de cet ouvrage, retiré des ventes depuis sa parution, a été effectuée en 2006 sous le titre Nierika. Chants de vision de la contre-montagne, par les soins de la Maison de la poésie Rhône-Alpes. Traduction italienne : Nierika o le memorie del quinto sole, trad. Alberto Masala, Nuoro, éd. Il Maestrale, 2001 p.

    Quinze artistes dans le métro, (avec Pierre Rey), Toulouse, Mtd développement, 1993.

    La Mère du cercle, avec un avant-lire d’André Velter, deux gravures originales de Jean Vodaine, Fougerolles, Travers, n°48, juin 1994.

    Impressions, Festival jazz sur son 31, Right on, Éd. Lexies, ouvrage collectif,, Toulouse, 1994.

    Interrogatoire, poème pour les assassins de Tahar Djaout, Marseille, Éditions du CIPM, 1994.

    La Route vers les arbres millénaires, (poème introductif de Serge Pey), Paris, Fondation Colas, Longages, 1995.

    La Main et le couteau, Vénissieux, Paroles d'aube, 1997.

    L’Enfant archéologue, Encres de Ladislas Kijino, Remoulins-sur-Gardon, Éd. Jacques Bremond, 1997.

    L'Horizon est une bouche tordue, texte français et trad. allemande de Johannes Strugulla avec la collaboration de Heinz G. Hahs, Paris & Mainz, F. Despalles, 1998.

    Tout Homme. Le Lampeur. Poème pour les hommes de Carmaux, Encres de Daniel Coulet, Paris, Caisse des Dépôts et consignations, 1998.

    Pour libérer les vivants il faut savoir aussi libérer les morts, Montigny, Voix-éditions, 2000.

    Les Aiguiseurs de couteaux, Toulouse, Ed. des Polinaires, 2000.

    Traité des chemins et des bâtons, Toulouse, Ed. Terre blanche, 2000.

    La Langue des chiens, Paris, Ed. Paris-Méditerranée, 2001.

    Lettres posthumes à Octavio Paz depuis quelques arcanes majeures du Tarot, Paris, Jean-Michel Place, 2002.

    Visages de l’Échelle de la Chaise et du Feu, Verderonne et Reims, Dumerchez, 2003, 101 p.

    Le Millier de l’air, poème à l’usage des chemins et des bâtons, encres de Jean Capdeville, Montpellier, Fata Morgana, 2004.

    Paralogisme, lithographies originales de José Manuel Bronto, Paris, Maeght éditeur, 2004.

    Extrait du chemin, peintures de Christine Valcke, Barriac, Ed. Trames, 2004.

    Michel Raji danse, , Toulouse, dessins de Cyril Torres, textes en espagnol et en français, trad. de Brigitte Chapou, Toulouse, collection privée, 2004.

    La Direction de la grêle. Lettres à Jean Capdeville datées du 47 août au 11000 décembre 2002, Liancourt et Reims, Dumerchez, 2005.

    De l'équilibre des noms. Poème des quatre bâtons de la balance, illustrations de Giney Ayme, Hotel Beury, Éditions Rencontres, Centre d’art de littérature de l’Échelle, 2005.

    La Spirale du sanglier, Tête à Texte, n° 32, Hotel Beury, éditions Rencontres, 2005.

    L’égalité de la balance, coll. « Feuillets entre-baillés », collection dirigée par Daniel Leweurs, 2006.

    L’Electrification du visage, peintures de Colette Deblé, Paris, Peau et sie de l'Adour, 2006.

    La Bouche est une oreille qui voit, anthologie, Arlette Albert-Birot, Jean Michel Place, collection dirigée par Zeno Bianu, 2006.

    Poésie publique /Poésie clandestine, anthologie, Paris, Castor Astral, 2006.

    La troisième main, Toulouse, Trident neuf, coll. « l’Incitatoire », 2006.

    Nierika ou les chants de vision de la Contre-montagne, Lyon, Maison de la poésie Rhône-Alpes/ Le temps des cerises, 2007.

    Traité à l’usage des chemins et des bâtons, L’Isle-sur-Sorgues, Le Bois d’Orion, 2008.

    Bâtons de la différence entre les bruits, Rennes, La Part commune, 2009.

    Ne sois pas un poète, sois un corbeau, Limoges, Le Dernier télégramme, 2009.

    Hypothèses sur l’infini, Tipaza, 2009.

    Nihil et Consolamentum, Toulouse, Délit édition, 2009.

    Appel aux Survenants, Bruxelles, Maelström ReEvolution, 2009.

    Lèpres à un jeune poète, principes élémentaires de philosophie directe, Toulouse, Délit Edition, 2010.

    Virgule, point, nombre et majuscule, Paris, Dumerchez, 2010.

    Dialectique de la Tour de Pise, Limoges, Le Dernier télégramme, 2010.

    Droit de voirie, Bruxelles, Maelström ReEvolution, 2010.

    Rituel des renversements, Rennes, La Part commune, 2011.

    Les Poupées de Rivesaltes, Forcalquier, Quiero éditions, 2011.

    Ahuc, poèmes stratégiques, Paris, Flammarion, 2012.

    Chants électro-néolithiques pour Chiara Mulas, Limoges, Le Dernier télégramme, 2012.

    Nierika ou les mémoires du cinquième soleil, Mexico, UNAM, 2012.

    Nierika cantos de vision de la contramontaña, Mexico, UNAM, Conaculta, trad. : E. Flores, A. Medellin, 2012.

    La Boîte aux lettres du cimetière, Paris, Zulma, 2014.

    La Barque de Pierre, Elne, Voix éditions, Richard Meier, 2014.

    La Sardane d’Argeles, Limoges, Le Dernier télégramme, 2014.

    Agenda rouge de la résistance chilienne, Marseille, Al Dante, 2014.

    Le Poisson rouge, Tinqueux, Collection Petit VA!, Centre de Créations pour l'Enfance, 2014.

    Table des négociations, Vénissieux, Editions La Passe du vent, 2015.

 

Gauz

 

 

Armand Patrick Gbaka-Brédé alias Gauz est né à Abidjan en 1971. Pendant les cinq années qui suivent l’obtention de son diplôme de biochimie, il décide de ne rien faire et sillonne la Côte d’Ivoire pour mieux connaître son pays. Gauz considère, d’ailleurs, cette période comme son premier poste en tant qu’observateur de l’autre.

Après cette période, il part poursuivre ses études en France à l’Université de Paris-Jussieu et exerce successivement divers métiers, de vigile à jardinier avant d’être photographe et rédacteur-en-chef d’un journal économique, News & co. Il participe à la rédaction d’un scénario sur l’immigration des jeunes Ivoiriens Après l’océan, film d’Eliane Delatour. Gauz réalise des courts métrages documentaires dont Quand Sankara…, lors du Forum Social Mondial de Bamako en janvier 2006, donnant la parole à des jeunes qui reprennent le discours que prononça Thomas Sankara à l’assemblée de L’ONU en 1984 à New York.

Oeuvre

Debout-payé, le nouvel Attila, 2014, 1er prix des libraires Gibert Joseph, Meilleur premier roman français par la rédaction de Lire. Edité chez Livre de poche, en octobre 2015