Projections

Le joli mai


dimanche 31 janvier 2016 - 17h00
Le Polygone Etoilé

Une projection programmée dans le cadre de la Résidence d'Une Langue à l'autre #4 avec Gauz en ouverture de résidence.

Une soirée initiée par Peuple & Culture Marseille en partenariat avec le Polygone Etoilé

Entrée libre - repas possible sur place

Au programme

Le joli mai de Chris Marker et  Pierre Lhomme (1963, 163min)

Avec  Yves Montand, Chris Marker, Simone Signoret

Séance présentée par Gauz, auteur de Debout-Payé ( 2014, le nouvel Attila).


 


Le film 

Paris, mai 1962. La guerre d'Algérie vient de s'achever avec les accords d'Evian. En ce premier mois de paix depuis sept ans, que font, à quoi pensent les Parisiens ? Chacun témoigne à sa manière de ses angoisses, ses bonheurs, ses espoirs. Peu à peu, se dessine un portrait pris sur le vif de la France à l'aube des années 60. 

Le cinéaste

Chris Marker est à la fois cinéaste, photographe, caméraman, technicien, poète, journaliste, artiste multimédia, créateur, et baroudeur. Pour le grand public, son œuvre renvoie à ses films majeurs : La Jetée, Sans soleil, Le Joli Mai, Le Fond de l'air est rouge ou encore Chats perchés. Pour l’essentiel, ce sont des documentaires, définis dès le départ selon André Bazin comme des essais cinématographiques. 

Cependant, son œuvre d'ensemble ne se limite pas aux films signés Chris Marker. En effet, le réalisateur français collabore activement avec d’autres réalisateurs, écrivains, acteurs, artistes ou simples ouvriers : de Costa-Gavras à Yves Montand, d’Alain Resnais à Yannick Bellon ou Alexandre Medvedkine, de Jorge Semprun à Benigno Cacérès, de Thoma Vuille à Mario Ruspoli, de Joris Ivens à Haroun Tazieff, de William Klein à Mario Marret, d’Akira Kurosawa à Patricio Guzman. Il soutient également les jeunes, notamment le collectif Kourtrajmé et Isild Le Besco, en qui il voit « une nouvelle nouvelle vague ». 

Tout au long de sa carrière, Chris Marker s’est attaché à observer les vicissitudes de l’histoire mondiale tout autant qu’individuelle, avec curiosité et discernement, avec ironie et souvent un regard amusé, parfois avec colère. Au centre de sa réflexion figurent la mémoire, le souvenir, la nostalgie du temps passé réinventé mais à jamais disparu.

Filmographie séléctive

La Jetée ( 1962 )

Le Fond de l'air est rouge ( 1977 ) 

Sans soleil ( 1982 ) 

A.K. ( 1985 ) 

Le Tombeau d'Alexandre ( 1993 ) 

Level Five ( 1996 )