Vie associative

Conflits d'images


samedi 4 avril 2015 - 11h15
Peuple et Culture Marseille

Suite à la carte blanche laissée à Federico Rossin en Février, une journée de reflexion sera programmée afin d'échanger et de reflechir ensemble sur la programmation.

Ce rendez-vous est réservé en priorité aux adhérents de l'association, sur inscription.

Pour s'inscrire


 

 


Cette proposition s'inscrit en lien avec les groupes de programmation. A noter qu'un nouveau groupe commence à se réunir autour de la question du "commun" pour envisager une programmation à l'automne.

Dans le cadre d’un séminaire sur la programmation du film documentaire, je vous propose que nous réfléchissions et travaillions ensemble ce que l’on appelle le conflit au cinéma et dans le domaine du cinéma du réel en particulier.
L'objectif est de réfléchir sur le rôle du programmateur face au public, à l'oeuvre, au réalisateur, ou comment monter une programmation de ces films et quel accompagnement mettre en place. En quoi ce désir de composition, de programmation de films “en conflit” est-il fondé et en quoi est-il partageable avec les spectateurs?
La programmation est un art de la résonance et du rythme: faire penser les films, trouver de pistes cachées, des liens historiques impensés. Un travail sur la forme des films, sur la texture des images et du son: un travail de tissage et de dramaturgie.
Travaillant depuis de nombreuses années à accompagner et programmer les films dans plusieurs festivals en France et en Europe, je sais par expérience que ce travail est un enjeu à la première personne, qui touche à la subjectivité profonde du programmateur. Mais c'est un travail très politique aussi, une remise en perspective des nos valeurs, des nos connaissances, des nos idées.
Programmer est un acte d'écriture, de pensée, de critique: chaque fois il s'agit de composer un veritable essai. Un travail de passeur et de collagiste. Daney + Dada. 

Federico Rossin