Projections

Alassane Diago


vendredi 16 novembre 2012 - 19h00
Le Polygone Etoilé

Dans le cadre d'un partenariat avec le 10éme festival des cinémas d'Afrique des pays d'Apt. 

Peuple et Culture Marseille invite Alassane Diago

Soirée projection en présence du réalisateur - Alassane Diago n'ayant pas eu son visa il se pourra être présent - 

Animée par le groupe de spectacteurs-programmateurs réuni autour du cinéma africain

à partir de 19h - Entrée libre - repas possible sur place

Au Polygone étoilé 1 rue Massabo 13002 Marseille

La vie n'est pas immobile de Alassane Diago (2012, France-Congo, Belgique, 52')

Les larmes de l'émigration de Alassane Diago (2010, Sénégal-France, 80')

Dès l’ouverture des portes, Adrien de l’association Le Nain jaune  vous proposera de jouer à l’Awallé.

 


Une occasion rare de découvrir un jeune réalisateur sénégalais et sa démarche documentaire.
Une soirée de projection conçue et animée par le groupe de spectacteurs - programmateurs réuni autour des cinémas d’Afrique subsaharienne.
 
Alassane Diago est né en 1985 au Sénégal et vit actuellement à Dakar. Après une formation en audiovisuel au Média Centre de Dakar, il travaille dans différents projets de réalisation. En 2008, il participe à une résidence d’écriture organisée par Africadoc, point de départ de son premier film Les larmes de l’émigration, sorti en 2010. Il en poursuit le propos en réalisant, au cœur de son village natal, La vie n’est pas immobile en 2012.
 
19h
LA VIE N’EST PAS IMMOBILE  d’ALASSANE DIAGO France - Belgique - Congo, 2012, 59’
 
Ce sont des femmes - mères de famille, épouses, femmes travailleuses et volontaires, mères-courage de leur village. Elles parlent. Pour certaines, le mari a emigré depuis fort longtemps sans revenir; pour d’autres, il est malade, inactif. Alors ces femmes se sont regroupées et mobilisées pour la survie de leur foyer. Elles font face à la minorité des hommes restés au village. Houlèye Fa est l'une d'entre elles. Elle porte la parole, discute, pleure, rit mais ne veut surtout pas être prisonnière de son passé. Alasane Diago questionne les femmes et les hommes, questionne les mentalités anciennes et nouvelles.
 
21h
LES LARMES DE L’ÉMIGRATION d’ALASSANE DIAGO,  Sénégal - France, 2010, 78

Les larmes de l’émigration, c’est l’histoire de ma mère qui attend mon père, parti il y a plus de 20 ans. C’est aussi l’histoire de ma sœur qui, aujourd’hui, attend son mari parti il y a cinq ans et celle de ma nièce qui elle non plus ne connaît pas son père.
 
Avec ma caméra, je repars après deux ans d’absence dans ma communauté à Agnam Lidoubé, un village du Fouta sénégalais, pour comprendre comment et pourquoi ma mère a passé toutes ces longues années à attendre.
 
Grand prix du documentaire Tarifa 2010 - Prix du public FIFF Namur 2010