Manon de Boer, Think about wood, think about metal

Cycle

Musique, On tourne !
Chapitre 3 #1


jeudi 9 février 2012 - 19h30
Cité de la Musique de Marseille
Poursuivant ses explorations entre formes cinématographiques et formes musicales, ce cycle de projections, initié par Peuple et culture Marseille, met en résonance l’intégrale des œuvres de Manon de Boer autour de la musique contemporaine avec Off The Road, film de Laurence Petit-Jouvet qui documente la tournée aux Etats-Unis du contrebassiste allemand Peter Kowald, l’une des figures majeures des musiques improvisées. La traversée de ces deux territoires sonores, aux frontières poreuses, révèle des écritures et des choix de mises en scènes très différents. 
 
D’une part, les dispositifs scéniques soigneusement élaborés par Manon de Boer, tant dans la fabrication des images que dans l’entrelacement des musiques, des matériaux sonores (voix, bruits d’ambiance) et, étonnamment, des silences. D’autre part, chez Laurence Petit-Jouvet, des choix cinématographiques plus sauvages, en prise directe avec le tempo et l’aventure esthétique et humaine qui portent son protagoniste de ville en ville dans une vieille Chevrolet déglinguée. De belles propositions où les musiques et les sons se présentent comme des outils esthétiques, ordinaires mais affutés, d’observation critique du monde

 

#1

Les films de l’artiste néerlandaise Manon de Boer sont à l’articulation du cinéma documentaire, des musiques contemporaines et des pratiques d’installations. Entre perception et sensation, rapport à l’histoire et au temps, cette proposition met en dialogue des œuvres cinématographiques avec des formes musicales ou des expérimentations sonores.

 

Première partie
Presto Perfect sound (Belgique, 2006, 5')
 
Attica / Coming Together - Two Times 4’33’’
Le temps qui reste (études musicales) (Belgique, 2008, 23')
 
Dissonant (Belgique, 2010, 11‘)
 
Seconde partie
Think about Wood, Think about Metal  (Belgique, 2011, 48').
 
Repas possible sur place
Entrée libre

 

Manon de Boer née en Inde, vit et travaille à Bruxelles. Elle écrit, et réalise des films, des vidéos, des installations. Utilisant la narration personnelle comme méthode, Manon de Boer explore la relation entre le langage et le temps. La manière dont elle dépouille l’image, le son et la musique dans ses compositions modifie subtilement le schéma classique de perception du film et du temps.

Son travail a été montré, entre autres, au festival FIDMarseille, à IFFR Rotterdam et à la Viennale, à Vienne. Ses expositions personnelles récentes : Le Temps qui Reste (The Time that is Left), Frankfurter Kunstverein, à Francfort, Allemagne (2008), Witte de With, à Rotterdam, Pays-Bas (2008) and Jan Mot Gallery, à Bruxelles, Belgique (2008). Ses expositions collectives récentes : Plusieurs Silences (Several Silences), Renaissance Society, à Chicago, USA (2009) ; Sautez maintenant (Now Jump), Nam June Paik Festival, à Séoul, Corée (2008) ; Quand les choses ne projettent pas d’ombre (When things cast no shadow), 5e Biennale de Berlin, Allemagne (2008) ; International and National Projects, PS1, à New York, USA (2007); Penser avec les Sens – Sentir avec l’Esprit (Think with the Senses – Feel with the Mind), 52e Exposition d’Art International à la Biennale de Venise (2007).

Première partie
Presto Perfect sound (Belgique, 2006, 5')
 
 
Ce film montre le compositeur et musicien George Van Dam en train de jouer le 4e mouvement d'une sonate pour violon de Bartok.
 
Attica / Coming Together - Two Times 4’33’’
Le temps qui reste (études musicales) (Belgique, 2008, 23')
 
 
Coming together et Attica s’appuient sur une figure cinématographique, le travelling circulaire.  Deux œuvres du compositeur Frederic Rzewski,  la seconde évocant les émeutes de 1971 dans la prison d’Attica.
 
 
La reprise en deux temps du fameux 4’33’’ de 1952 de John Cage, partition qui fixe le temps de l’absence de toute note : 4’33” de silence. 
 
Dissonant (Belgique, 2010, 11‘)
 
 
Dans Dissonant Manon de Boer filme la danseuse Cynthia Loemij en train d'exécuter une réponse de 10 minutes au 3 sonates pour violon seul d'Eugène Ysaÿe – pièce musicale dont Loemij a des souvenirs très nets.
 
Seconde partie
Think about Wood, Think about Metal  (Belgique, 2011, 48').
 
 
 
Des fragments de la vie et de la pensée de la percussionniste Robyn Scholkowsky sont placés dans l'histoire de la musique d'avant-garde, pendant et après les années soixante-dix. Dans ce portrait poétique de Robyn Schulkowsky, qui a travaillé avec John Cage, Karlheinz Stockhausen, John Zorn et Christian Wolff, une grande partie du film s'intéresse à ses improvisations de percussion. Le rythme et la structuration non linéaire du temps jouent un rôle majeur, avec une attention également portée sur des notions plus abstraites comme la mémoire, l'histoire et la vie.