Rencontre littéraire

Anouar Benmalek


Du jeudi 8 décembre 2005 - 18h30
Au vendredi 9 décembre 2005 - 22h00

Atelier d’écriture

le jeudi 8 décembre 2005 à 18h30 

à la BMVR Alcazar

Lecture-rencontre  

le vendredi 9 décembre 2005  à 19 h

à la BMVR Alcazar

 

entrée libre

nombre de places limité pour l'atelier

 

 


 

Une rencontre Littérature en effets

Pour découvrir des littératures francophones, de France et d’ailleurs, et toucher à l’étrangeté de la langue. 

L'atelier d'écriture, animé par l’auteur accueilli, est l'occasion d'entrer pour un temps dans la fabrique de son écriture singulière et d'aborder autrement la lecture de sa production littéraire.

La lecture-rencontre, suivie d'un échange, complète l'approche de l'œuvre comme celle de l'écrivain.

 

Anouar Benmalek 

Né en 1956 à Casablanca (Maroc), cet écrivain au parcours atypique, à la double nationalité française et algérienne, a fait de hautes études de probabilités et statistique à Kiev, puis une maîtrise de mathématiques à Constantine en Algérie. Dans les années 80 il entre doucement dans le monde des lettres comme poète et essayiste (il fut aussi chroniqueur dans l’ hebdomadaire Algérie Actualité), publié par de petits éditeurs québécois et algérien, et enseigne à l’Université des Sciences et Techniques d’Alger. Il poursuit avec des nouvelles et un premier roman, Ludmila, avant de fonder en 1988 le Comité algérien contre la torture (CACT), dont il est le secrétaire général jusqu’en 1991, date à laquelle il s’exile en France. Devenu maître de conférences en mathématiques à l’Université de Paris XI, il secoue soudain la littérature francophone avec un roman magnifique, Les amants désunis, en 1998. Cette histoire bouleversante de raccommodage d’un déchirement à la fois intime et historique sur cinquante années de vie (traduite depuis en huit langues), lui ouvre une voie romanesque de grande ampleur, où la langue autant que la narration font des détours et conduisent les échanges. Il “ récidive ” en 2000 aux éditions Pauvert avec L’enfant du peuple ancien, roman d’amour et d’aventure où il évoque à travers trois destins liés le génocide des Aborigènes en Tasmanie à la fin du 19ème siècle (traduit aussi en huit langues et obtenant de nombreux prix), puis deux autres romans et un nouvel essai, assemblage d’articles rédigés entre 1985 et 2002, Chroniques de l’Algérie amère, par lequel il tente de comprendre comment une partie de son peuple, par son silence, a cautionné le meurtre.

Il vient de publier Ma planète me monte à la tête, retour à une poésie pleine de souffle et de sens, et décembre 2005 est le mois qui verra la parution de son dernier livre de nouvelles, L’année de la putain.

 

Bibliographie :

Aux éditions Naaman, (Québec) : Cortèges d’impatience, poésie, 1984

Aux éditions Enal (Alger) : La barbarie, essai, 1986 ; Rakesh, Vishnou et les autres, nouvelles, 1985 ; Ludmila, roman, 1986

aux éditions Calmann-Levy : Les amants désunis, roman, 1998, & Livre de Poche, 2000

Aux éditions Pauvert : L’enfant du peuple ancien, roman, 2000, & Livre de Poche 2002 ; L’amour Loup, roman, 2002 ; Chroniques de l’Algérie amère, essai, 2003 ; Ce jour viendra, roman, 2003

Aux éditions Fayard : Ma planète me monte à la tête, poésie, 2005 ; L’année de la putain, nouvelles (à paraître en décembre 2005)