Si vous rencontrez des problemes d'affichage, cliquez ici :
http://www.peuple-culture-marseille.org/public/newsletter/245.html

Fin de résidence de Frédéric Werst

Dernières semaines de résidence pour Frédéric Werst

Presque deux mois déjà que l'auteur des Wards est parmi nous. Nous vous proposons, pour en profiter encore un peu, de découvrir ou redécouvrir son travail lors de rencontres au CIPM, au cabinet des lecteurs, ou à la projection au Vidéodrome2.

 

Vendredi 2 décembre 2016 à 19h au CIPM (Le Miroir/Vieille Charité)

Rencontre avec Frédéric Werst autour des mythes des Wards - Gratuit

À l’origine de la culture des Wards se trouve, comme chez bien des peuples, une abondante mythologie. Beaucoup de ces récits nous sont connus grâce aux anciens auteurs qui ont recueilli les traditions orales et les ont mises par écrit. Ce travail de mythographie a donné naissance à la première littérature warde : histoires des dieux, épopée nationale, gestes des héros, légendes et contes divers. 

Pour autant, les Wards se sont très tôt interrogés sur leurs mythes, en les comparant, en les discutant, en les interprétant, en allant quelquefois jusqu’à les mettre en doute. Le sujet, à ce qu’il ressort de certains témoignages, semble avoir été polémique. Cette soirée en compagnie de Frédéric Werst sera l’occasion de découvrir l’ancienne mythologie des Wards, et d’aborder la façon dont ce peuple envisageait son propre passé, ses propres histoires.

 

Mardi 6 décembre 2016 à 18h30 au Théâtre de l'Oeuvre (Belsunce)

Cabinet des lecteurs (échanges littéraires), en présence de Frédéric Werst (Gratuit)

 

Mardi 13 décembre 2016 à 20h à Vidéodrome2 (Cours Julien)

Projection « Le Toit  de la baleine » de Raoul Ruiz, dans le cadre d’une carte blanche à l’auteur Frédéric Werst

20h – Entrée 5 euros / 4 euros

EVENEMENT – Pour sa carte blanche, Frédéric Werst a choisi de projeter « Le Toit de la baleine », de Raoul Ruiz. Un film quasi inédit en France puisque celui-ci n’a fait l’objet d’aucune sortie en salle ou en DVD. Nous disposons d’une copie remasterisée et sous-titrée par la Cinémathèque française de ce film d’aventure méconnu de 1982, coproduction hollandaise et française, du grand réalisateur Raoul Ruiz.

Présentation du film

 « A l’invitation d’un millionnaire communiste chilien, un anthropologue se rend en Patagonie (une Patagonie toute métaphorique) pour y rencontrer les deux derniers survivants d’une tribu indienne, les « Yagans », et pour étudier leur langue. Une femme et un enfant sont aussi du voyage. Tel pourrait être l’argument du Toit de la baleine, si ce n’était pas trop réducteur.

Ce film de Raoul Ruiz, plutôt méconnu, aborde des questions toujours cruciales dans le monde actuel : la diversité des langues (on y parle néerlandais, allemand, français, anglais, espagnol, à quoi s’ajoute la langue indienne d’ailleurs inventée) ; l’habitude occidentale du colonialisme et de la domination ; le désir de retrouver, grâce aux peuples les plus éloignés, un rapport au monde plus humain et plus vrai, libéré des aspects pathologiques de notre « civilisation ». Ce sont là des questions qui sous-entendent également le travail que je fais en écrivant Ward, la littérature d’un peuple lui aussi imaginaire.

Filmé dans des couleurs souvent artificielles et déroutantes, dans un décor qui se limite à une simple maison, Le Toit de la baleine mêle les dialogues et les silences avec un sens prononcé de l’étrangeté, mais aussi un goût de l’écoute et de la contemplation. En plaçant la question politique de la langue toujours au centre, Ruiz alterne la fantaisie ethnographique, la réflexion sur les mots, la vision poétique et la quête hésitante de territoires intimes. 

Loin de tout exotisme comme de tout réalisme, il nous présente une altérité en danger bien réel, et nous rappelle que l’imaginaire, aussi bien que l’Autre, est un besoin vital. Le Toit de la baleine, comme Ruiz le signale lui-même, est « un film sur la survie ».                                                                                                                                                            

Frédéric Werst

 L’auteur

 

  Frédéric Werst est un auteur français auteur de Ward Ier–IIe siècle et Ward IIIe siècle (Seuil, Fiction & Cie, 2011 et 2014), deux volumes d'une anthologie consacrée à la littérature     des Wards, un peuple imaginaire dont la langue est le wardwesân qu’il a lui-même inventé.

 


Prochains rendez-vous

 



Pour nous contacter : contact@peuple-culture-marseille.org
Pour vous desinscrire : http://www.peuple-culture-marseille.org/outils/newsletter